Simulateur Credit
Publié le - 792 visites -

L'évolution du marché immobilier à bayonne

Le marché immobilier pays basque connait des changements surtout l'immobilier à Bayonne. Les ventes ont augmenté depuis peu. Bien sûr il y aura toujours des exceptions : des propriétés resteront presque invendables. Ces évolutions sont le résultat de la baisse de prix. Les aménagements réalisés dans certains endroits ont également porté leur fruit.

Qu’en est-il réellement de la situation de l’immobilier

La baisse du pouvoir d’achat restera un véritable problème. Il est de plus en plus difficile de mettre en vente des immobiliers par rapport à l’année 2014. Un appartement de 50 mètres carrés à 170 000 euros se situant à Saint Esprit ne trouve pas d’acquéreur depuis un bout de temps alors que l’année dernière il aurait trouvé acquéreur en un rien de temps. Pourquoi cela ? Tout simplement car les acheteurs attendent que les prix continuent à dégringoler.

Autre que cette attente continue de réduction des prix, les acheteurs ont une préférence pour les nouvelles technologies. Les anciennes bâtisses non équipées du siècle dernier ou ce début du XX siècle n’intéressent pas les acquéreurs. Les gens ont une préférence pour les conforts : les parkings, les terrasses, et les ascenseurs. Leur chance de trouver un acquéreur est réduite malgré leur baisse de valeur. Pourtant, il y a des quartiers qui restent bien prisés. La verticité des lieux n’affecte en rien leur valeur. Les clients s’empressent de venir. Arène illustre très bien cette théorie. Le prix du mètre carré reste élevé. Un vieil bâtiment des années 1930 se vend entre 3000 euros et 3100 euros le mètre carré. Les maisons situées en ville surplombe même les 3500 euros le mètre carré.

Heureusement, les acteurs de l’immobilier Bayonne sont optimistes vis-à-vis de l’année à venir. Ils s’attendent à plus de vente car depuis quelques mois, les transactions se sont multipliés. La baisse des prix semble vouloir cesser ses dégâts néfastes.
De toute façon, il y aura toujours des biens qui s’écoulent facilement et d’autres non. On n’y peut rien. Tout dépend de l’emplacement du bâtiment. Son prix et son état jouent aussi un rôle primordial.